EPISODE 5 : D’UBUD À GIANYAR : À LA RECHERCHE DES BALINAIS…

Du 10 septembre au 17 septembre 2018.

L’arrivée de M. Jean-Pierre :

En ce 10 septembre 2018, nous avons l’honneur d’accueillir un nouvel ami, intitulé Jean-Pierre ;), à l’aéroport international de Denpasar… Dans l’après-midi, nous voilà donc partis en « Grab » au seul aéroport de l’île. Bon clairement le Sud de Bali n’est pas notre tasse de thé… Et même pour être franc, j’ai hâte que Jean-Pierre arrive pour déguerpir au plus vite de ce symbole du tourisme de masse international (cf. article précédent) qu’est le Sud de Bali. Nous le savions avant de venir, mais malgré tout, au bout de quelques jours, je commence véritablement à angoisser dans cet endroit … Car Bali est certes une petite île touristique, mais elle regorge selon moi de coins et recoins isolés voire authentiques. Mais dans le Sud de l’île, trouver ces coins semblent impossible ! Avec Elise nous avons eu un vrai débat sur l’intérêt de venir à Bali pour des voyageurs de notre type. Toutefois, ce que je lui accorde, c’est qu’à la moindre inattention, vous vous retrouverez dans le flot « Des Bronzés »…

DSC_4278 (2)
La bataille des écriteaux …

A l’aéroport, l’ambiance est pesante… Des dizaines de taxis nous interpellent… L’attente nous semble un peu interminable… Nous voyons défiler sous nos yeux des centaines de touristes en flux continu… Désolé de porter ce jugement, mais je ne me sens vraiment pas à l’aise dans ce véritable débarquement occidental… Je me rappelle encore ce couple de Français dire, dans la langue de Molière, au jeune balinais qui les attendait avec son petit écriteau : « Mais vous étiez où ? On vous cherche partout ? »… Ainsi la grande majorité de ces arrivants traverseront donc la moitié de la planète pour rester parqués dans les hôtels de luxe situés dans un rayon de 10 km autour de l’aéroport…

Enfin, Jean-Pierre arrive quand même ; toujours pas remis de son petit-déjeuner taïwanais… Et oui, il n’a eu qu’un échantillon de notre  expérience de la cuisine chinoise…

DSC_4280
Il est revenu, il est revenu 😉

Nous déguerpissons au plus vite de ce fichu immense aéroport flambant neuf ; ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir de cette île.

Le lendemain, nous resterons à Legian, dans ce secteur sans âme ; mais Jean-Pierre avait besoin de se remettre du décalage horaire et de reprendre ses esprits… Conclusion, farniente et un beau de coucher de soleil en prime… Ne crachons pas dans la soupe (enfin un peu quand même), mais les couchers de soleil du Sud de Bali sont fantastiques tous les soirs…

DSC_4292
Il n’est pas venu pour rien le petit 😉

Dès le lendemain, nous partons en bus vers Ubud. Nous retrouvons le trafic dantesque de Bali. Des rocades sur la mer ont beau avoir étés construites, il vous faut compter plus d’une heure pour faire quelques kilomètres. Et cela semble habituel…

Ubud est certes touristique, trop sans doute, mais le tourisme de masse est moins étouffant. Il s’agit d’un tourisme européen ou le yoga et le bien-être ont remplacé la malbouffe et les boites de nuit… Un vrai havre de paix qui plairait à ma tante Sylvia 😉 Clairement les Balinais sont toujours inaccessibles pour le moment… Mais qu’à cela ne tienne, on va bientôt s’extirper de la masse…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La rue principale d’Ubud est toutefois un peu moins reposante…

A notre arrivée, nous faisons le petit tour de la ville en allant contempler les superbes temples hindouistes, notamment « Saraswati Temple ». Car pour ceux qui ne le savait pas encore, Bali présente la particularité d’être la seule île d’Indonésie occidentale où la population n’a pas abandonné l’hindouisme pour une religion monothéiste…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Il faut dire que tous ces temples sont très photogéniques !

Et puis, nous décidons d’aller visiter le palais d’Ubud. Ce qui est habituellement accessible au public est en travaux et nous ne voyons pas grand chose… Néanmoins, nous voyons trois touristes sortir d’une porte dérobée du palais… Il y aurait donc un monde parallèle à visiter pour quelques privilégiés… Commençant à s’ennuyer en regardant les « Instragramers » et les Instagrameuses » en herbe se prendre en photo dans des positions pas possibles devant les divinités hindous…, nous allons donc voir les touristes en question pour leur demander comment il avait pu visiter le palais… Ils nous disent « allez voir le grand Monsieur là-bas ! ». Ce grand monsieur là-bas en vérité est écossais, il a plus 80 ans…. Nous nous attendions pas à ça pour une visite guidée d’un temple balinais. Ce dernier est en fait en voyage de noce avec sa femme qui a quasiment notre âge et qui d’ailleurs va bientôt accoucher. Ce dernier nous fait la promotion du viagra et nous dispense quand même quelques informations intéressantes sur l’histoire du palais. Quoi qu’il en soit (#wiedemauchsei), grâce à lui nous pourrons profiter quelques instants de la tranquillité et de l’intimité du sultan.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La photo pour mettre sur le buffet…

Le soir, nous tentons une demi-heure de massage balinais pour la somme de 3,5 euros par personne. Nous embarquons Jean-Pierre dans l’aventure. Pour Elise et moi, cela est devenu une pratique courante en Asie ; mais pour JP… il en ressortira encore un peu plus tendu qu’il n’est rentré…

Première randonnée dans les rizières balinaises :

Le lendemain, nous décidons de faire une randonnée dans les rizières environnantes. Les rues bouillonnantes et bruyantes d’Ubud laissent place à de vastes rizières, véritables havres de tranquillité à qui sait les trouver.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Avec une souplesse toute relative… Il faut dire qu’ils auraient pu tomber dans la rizière…

Pour ceux qui ne voyagent pas souvent, je vous conseille à nouveau l’application « Maps Me » qui peut vous permettre de vous y retrouver en Indonésie, véritable labyrinthe (même en étant hors connexion) !

Au début de notre randonnée nous empruntons un tronçon connu. Les randonneurs en tongs laissent place petit à petit à quelques survivants qui décident de pousser un peu plus au Nord-Ouest d’Ubud, dans des petits hameaux perdus.

DSC00381 (2)
Un endroit très photogénique !

Rapidement nous poursuivons notre randonnée sur une route, frôlés pendant quelques kilomètres par les scooters qui sont légions à Bali. Au milieu de notre randonnée, nous commençons à découvrir le Bali authentique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Il n’y a qu’en Asie, où tu vois un gars porter son poids sur une épaule en scooter avec un grand sourire 😉

Les habitants semblent plus surpris de voir notre présence. Les petits hameaux dans lesquels nous déambulons comptent plus de temples que d’habitants (en exagérant un peu 😉) et les coqs dans leur cage sont alignés en rang au bord de la route (je vous en reparle un peu plus loin 😉)…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A Bali, le sport préférentiel, c’est le combat de coqs !

Petit à petit, nous découvrons la vraie vie Balinaise, à coup de « Selamat Siang ! ». De plus, la fin de journée arrivant, les lueurs du soleil sur les rizières récompensent nos efforts…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pour une fois, qu’ils me prennent en photo…

Ah oui, en Indonésie en général, les locaux sont très friands de notre « Bonne matinée », « Bonne après-midi », « Bonne soirée », etc… En Indonésien, cela se dit : « Selamat pagi », « Selamat siang », « Selamat malam »… et il y en a d’autres ! Mais, le passage de l’un à l’autre, est à heure fixe. Je me suis fais reprendre plusieurs fois, car il était 16h02… On ne rigole pas entre un « Bon après-midi » et un « Bon début de soirée »! Mais ce cérémonial est un vrai plaisir, car les Indonésiens adorent qu’un étranger joue le jeu ; un bon moyen de créer un contact. C’était LE conseil pour votre prochain voyage en Indonésie 😉

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous retrouvons un vrai chemin sur la fin du parcours… Sans doute le meilleure passage de la randonnée, avec des Balinais et nous trois…

En fin d’après-midi, cette longue randonnée dans la moiteur habituelle, nous amène à piquer une tête dans notre piscine. Car à Ubud, l’offre en logement est assez exceptionnelle ; une des meilleures depuis que l’on voyage. Pour une poignée d’euros vous pouvez vous retrouver dans un petit paradis ; certes uniquement dédié, la plupart du temps, aux Occidentaux. Notre hôtel est vraiment très photogénique et notre piscine ne l’est pas moins…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après plusieurs mois à vagabonder dans les dortoirs d’auberge de jeunesse et les hôtels parfois sans grand confort, cet hôtel à Ubud est un vrai plaisir… Nous en profiterons pour regarder une nouvelle fois « Les Visiteurs » avec Jean-Pierre, comme il en est la tradition.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rien que l’allée de l’hôtel est fantastique…

Une journée encore bien remplie

Le lendemain, à la demande express de Jean-Pierre, nous allons visiter la forêt aux singes, une réserve naturelle. Elle abrite plus de 600 macaques crabiers. Cinq groupes de singes différents occupent chacun son propre territoire dans le parc. Sur le papier, ça sent l’attrape touriste à plein nez, mais on passera vraiment un bon moment dans ce parc…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Celui là semblait se prêter volontiers au jeu des photos 😉

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jean-Pierre se faisant même un pote 😉

Dans l’après-midi, nous repartons en randonnée dans les rizières, après avoir déniché un petit parcours peu connu sur un blog d’un compatriote routard (j’ai oublié le nom…). Nous ferons une marche plus courte que la première fois et préférerons jouer avec les cocotiers (cf. photos ci-après). Ce qui n’est pas très malin quand on y réfléchit bien… Toujours est-il, nous reviendrons en ville sains et saufs de cette escapade.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette journée bien remplie s’achèvera par un petit massage balinais pour Elise et moi ; tandis que Jean-Pierre passera son tour cette fois-ci. Cela ne semble pas être son truc…

Ubud est considérée comme « le centre du tourisme culturel et artistique » de l’île. Le soir, nous partons donc voir un spectacle de danse balinaise. Bon clairement, ce sera un flop pour Jean-Pierre et Elise et pour moi un petit « flop »… Il est vrai que nous nous retrouvons dans une salle à 100% composée de touristes. Elise est déjà nostalgique de notre vie sur Java tandis que Jean-Pierre s’endormira pendant les 15 premières minutes ; sans doute pas remis de son décalage horaire. Je ne suis pas un spécialiste de danse, loin de là (lol), mais il est vrai que le spectacle nous a semblé comporter des longueurs assez longues pour nous sembler interminables.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Et JP… t’endors pas…

Tout cela avec 100 touristes devant nous filmant chaque seconde du spectacle les bras en l’air… A croire que les gens préfèrent regarder leurs vacances sur leur téléphone portable…

Une escale à Giangyar. Un premier « Babi Guling » pour Jean-Pierre…

Après Ubud, nous prenons la direction de Giangyar (Jeangiar avec notre accent Normand qu’aucun Balinais ne peut intégrer). Réputée moins touristiques et connue pour son marché de nuit, cette bourgade nous plongera enfin dans le Bali des Balinais. C’est un peu malheureux d’écrire cela…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nos disposons d’un hôtel grand luxe pour nous trois (encore une fois ;)) et à part les moustiques, je commence vraiment à adorer cette île. Elle semble bien plus complexe et intéressante que nos premiers jours dans le Sud ne pouvaient le laisser penser.

Le soir même nous allons donc découvrir le marché de nuit, où cette fois-ci les touristes sont en très petit nombre. Nous proposons à Jean-Pierre de déguster son premier « babi guling » (cf. article précédent)…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
C’est pour qui le bon babi guling 😉

Après manger, nous revenons tranquillement à pied vers notre hôtel à coup de « Selamat Malam », cette fois-ci. On se prêtera une nouvelle fois au jeu des « selfies »… Jean-Pierre aura le droit d’acheter sa bière du soir en contre-partie d’un selfie collectif avec la vendeuse et, sans doute, son petit-frère ! Nous avons retrouvé à Giangyar les bons côtés de Java !

DSC_4824~2
Clic-clac ! A nous les bières !

Le lendemain, Victor et Florianne nous rejoignent à nouveau (ça commence à faire beaucoup, on se sent un peu suivis ces derniers temps).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ils semblent vivre sur leur scooter ces deux là…

Jean-Pierre déclarant forfait et la fatigue l’ayant rattrapé, nous voilà partis tous les quatre en scooters à Cucucan Beach. En route, nous observons brièvement un combat de coqs ; sport « national » à Bali et je ne suis pas là pour juger du concept..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sport…. ou plutôt tradition…

En faisant couler le sang, ces combats sont censés apaiser les énergies « perturbatrices » des démons… Toujours est-il, qu’après avoir laissé des heures les coqs dans leur cage à se regarder dans le rouge des yeux, ces derniers enchaînés se livrent un combat à mort sous le regard des parieurs… Quelques jours plus tard, j’échangerai avec un masseur de coqs ; car oui si vous voulez gagner, il faut mieux bichonner votre monture…

A Cucukan Beach nous sommes ravis de ne rencontrer que des locaux (ou touristes indonésiens) et des ramasseurs de sable et galets noirs volcaniques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Cucukan Beach !

Et c’est donc sur cette plage que nous disons au revoir à nos deux compères… A priori, ils vont nous lâcher maintenant…

DSC_4833~2
Cette fois-ci, c’est la bonne, nous ne les recroiserons plus 😉

Le lendemain, direction la région de Tirtagganga. Nous lorgnons sur une belle randonnée au milieu des rizières. Mais la suite au prochain épisode !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

FD

2 commentaires sur « EPISODE 5 : D’UBUD À GIANYAR : À LA RECHERCHE DES BALINAIS… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s