EPISODE 1 : PREMIERS PAS EN AUSTRALIE !

Du 24 au 30 septembre 2018.

Cairns, notre entrée dans un nouveau monde.

Lorsque nous posons le pied pour la première fois en Australie, nous venons de passer presque 5 mois à arpenter l’Asie. Cinq mois, c’est beaucoup, (ce n’est pas trop) ! On commençait vraiment à s’habituer à la vie bouillonnante, trépidante, dense et déconcertante de ce continent. C’est très certainement pour cela que notre arrivée en Océanie a été un véritable choc.

dsc_4866
Fini les journées scooters à 2€ la journée…

Nous avons fait le choix d’atterrir à Cairns, en haut à droite de l’Australie, (selon François on dit au « Nord-Est », soit disant c’est plus technique). L’accueil à l’aéroport est décontracté, les douaniers sont super sympas mais ça ne les empêche pas de demander à François de sortir de la file et de s’aligner avec 10 autres personnes pendant que le chien anti-drogue fasse son travail. Heureusement pour moi, je n’ai pas été désignée pour faire passer mon sac aux rayons X, je ne pense pas que la boîte de pâté Hénaff, que j’y avais mise, aurait plu aux douaniers.

DSC_4914 (2)
Il n’y a pas l’air d’avoir grand monde ici…

Après un transfert par navette d’environ deux minutes chrono, nous voilà dans un notre auberge de jeunesse. L’accueil est vraiment sympa et décontracte ; l’endroit aussi mais une chose nous saute immédiatement aux yeux, des panneaux, écriteaux en tout genre martèlent les règles à respecter (on ne s’assoit pas sur les toilettes, on ne crie pas dans l’auberge la nuit…) et elles nous paraissent très nombreuses !

DSC_4923
Notre cahute pour 3 jours…

Une autre ambiance quoi !

DSC_4916~2

A la recherche de nourriture, nous partons en chasse, à la recherche du supermarché le plus proche et découvrons par la même occasion le centre-ville de Cairns. Ce fut un peu la douche froide, et je ne parle pas de la pluie qui ne nous quittera pas de notre séjour. Moi qui imaginait Cairns comme une ville tropicale, au centre-ville plein de terrasses et de surfeurs (mais d’où me venait cette idée ?)… et bien il n’en est rien. Ici la voiture semble reine et le centre-ville est vide de gens. Toute la vie semble concentrée dans les zones commerciales en périphérie.

Certes, le petit parc et la piscine d’eau de mer aménagée en bord de mer sont plutôt agréables mais rien n’y fait, le charme n’opère pas tout de suite. Il faut dire que notre niveau de fatigue à ce moment du voyage est à son maximum.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La principale attraction du centre-ville de Cairns

La réceptionniste de l’auberge nous explique pourquoi la piscine d’eau salée à été installée à quelques mètres seulement de la plage. C’est la faute aux crocodiles de mer qui vivent dans le secteur et qui aiment bien, semble-t-il, s’adonner à la chasse aux humains. Seuls les oiseaux osent s’aventurer sur la langue de sable.

DSC_4947
Non mais la piscine fera très bien l’affaire…

Nous ne le savons pas encore mais en Australie, ce sont les animaux dangereux qui mènent la danse.

DSC00594 (2)
Les pélicans australiens pavanent sur une plage marécageuse !

Nous essayions donc la piscine, tout est bien organisé, il y a des vestiaires, des casiers pour mettre ses affaires, on n’était plus habitués à tout ça. En tout cas la petite piscine est fort agréable et même si j’ai attrapé la crève, ça valait vraiment le coup d’en profiter.

Le van, une première mouvementée !

Nous avions réservé un van deux mois auparavant. Le but à atteindre ? Sydney à 2419 km de là, et ce, en un mois. On se rend donc à l’agence de location « hippies campers » dans l’une des zones commerciales de la ville. Après avoir refusé les nombreuses options payantes que la vendeuse avait à cœur de nous recommander, nous prenons possession de la « bête ».

DSC_4937
Notre maison pour les 4 prochaines semaines !

L’état des lieux sera très bref. François prend le volant, et nous voilà partis dans la ville de Cairns récupérer nos sacs à dos à l’auberge de jeunesse avant de prendre notre envol. Pas évident pour François qui doit s’habituer à la conduite à gauche et à la conduite d’un van qui en plus à une boîte de vitesse manuelle. En plus, les feux de circulation sont un peu différents en Australie (en gros les feux sont situés après le carrefour), il faut prendre le pli. Alors que nous cherchons laborieusement une place de parking près de l’auberge de jeunesse, c’est le drame ! Notre van arrache le rétroviseur de la navette de l’aéroport, garée en double file. On s’arrête, catastrophés… On se voit déjà remplir de la paperasse, se retrouver dans de sales draps ! Je descends et ramasse les morceaux du rétroviseur qui gisent sur le sol. Je me dirige vers le propriétaire du véhicule qui n’a rien vu et discute tranquillement. Je lui tends piteusement l’objet du délit et là, il éclate de rire. Il dit que c’est pas grave et il s’en va. Nous repartons soulagés ; mais pour être honnêtes, à ce moment précis on regrette un peu d’avoir pris un van. 2419 km ça peut être très, très longs.

Trop tard pour changer d’avis. On suit donc le programme prévu. Première étape, le supermarché. Une occasion de découvrir l’étendue de la zone commerciale de Cairns ; c’est incroyable, on comprend pourquoi le centre-ville est déserté ! Nous retrouver avec notre caddy à faire les courses après une si longue période asiatique aura complètement achevé le moral de François pour cette première journée de van.

DSC_4920
On a quand même trouvé quelques réjouissances… On avait pas vu de bouteilles de vin depuis des mois…

Après avoir fait le plein en toute hâte, nous voilà sur la route de notre premier camping. Pour la première nuit nous avons choisi une destination proche, histoire d’y aller progressivement. Direction un petit patelin appelé Kuranda à une quarantaine de kilomètres de Cairns. La route nous paraît longue, François est toujours en rodage et le van a bien du mal à monter dans la partie montagneuse. On se fait klaxonner plusieurs fois. Nous arrivons enfin au camping avec la sensation d’avoir accompli un exploit !

La vie en camping.

C’est donc à Kuranda que nous découvrons ce qui sera notre quotidien les 30 jours à venir. Le camping, on l’a trouvé sur une des nombreuses applications dédiée à cet effet. En Australie, il existe trois sortes de campings : des gratuits, des payants mais pas trop et des carrément payants (cf. encart pratique).

DSC00612 (2)
Ces gros dindons sont légions dans le Queensland ! Aussi nombreux que nos pigeons 😉

Notre premier camping est payant, 35 dollars la nuit. Mais pour ce prix là on a l’électricité, des sanitaires (« amenities » en Australien) et une cuisine équipée en plein air.

Après une heure à ranger nos sacs dans le van, on se détend un peu et on part visiter les environs. La petite ville de Kuranda est plutôt mignonne, nous ne le savons pas encore mais elle ressemble à toute les petites villes d’Australie.

Le soir, la nuit tombe vite (nous sommes encore près de l’équateur) ; tout comme les Australiens qui mangent vers 18h et qui à 20h sont tous couchés. C’est très calme la vie de camping (je rappelle que nous venons de vivre plusieurs mois en Asie)…

Le lendemain, il faut quitter les lieux avant 10h. En petit-déjeunant, on assiste à un défilé d’énormes caravanes et autres camping-cars qui s’en vont.

DSC_4939
Et moi, j’essaie de soigner mon rhume avec les huiles essentielles de Sylvia 😉

Au nord de Cairns, la belle découverte.

Sur les très bons conseils de notre auberge de jeunesse de Cairns, nous avons décidé de ne pas descendre tout de suite vers Sydney. Au lieu de ça, on décide de monter au nord vers Cap Tribulation ! On vous le dit tout de suite, c’est un de nos meilleurs souvenirs d’Australie.

Mais avant cela, petit tour aux chutes de Kuranda, c’est beau. Tellement beau, qu’un train pour touristes, style ancien, déverse des centaines de personnes sur les lieux au moment pile où l’on arrive !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les chutes du Barron !

Il est temps ensuite de partir pour Port Douglas petite station balnéaire. Sur la route on fait notre premier pic-nic sur un parking que nous partageons avec des agents d’entretien en pause du midi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ces paysages commencent de plus en plus à nous enthousiasmer !

Après manger, nous partons faire un petit tour sur la plage juste à côté. Nous sommes subjugués par la beauté de cette plage, complètement déserte. C’est grandiose !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
François dit que c’est la plus belle plage qu’il ait vu dans sa vie !

Dommage que les fortes vagues et les panneaux indiquant la présence de méduses et de crocodiles nous aient dissuadés de nous baigner.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le dilemme des plages du Queensland, c’est qu’elles sont exceptionnelles mais il n’est pas possible de s’y baigner… si vous voulez rester en vie…

Quand nous arrivons en fin d’après-midi à Port Douglas, l’ambiance de la ville nous plaît d’emblée. Notamment son immense plage paradisiaque… Enfin sur le photo, car des hélicoptères sont en train de tourner au-dessus de nos têtes et des rangers sont à la jumelle en train de repérer les crocodiles qui auraient été observés par des passants… Du coup, interdiction de ce baigner… Quand je vous disais que les animaux faisaient la loi ici…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La plage de Port-Douglas ! Attention, crocodiles en vue…

Notre camping est situé dans le centre ; ce qui nous permet d’aller nous promener à pied dans la rue principale, envahie de restaurants et de bars. Cela peut paraître normal pour un Européen, mais aller à pied quelque part en Australie, sans que cela ne devienne une vraie expédition, c’est assez rare pour être souligné ici…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un dimanche après-midi en Australie !

Nous assistons au coucher de soleil sur une petite esplanade en compagnie d’Australiens décontractés. Le décor est très beau. Cette courte étape à Port Douglas nous a plu. Nous rentrons au camping et observons pour la première fois le balai d’énormes chauves-souris qui viennent de se réveiller (des chauves-souris de la taille des goélands, imaginez le spectacle dans la pénombre).

DSC00620 (2)
Sympa ce coucher de soleil 🙂

Le lendemain, à nouveau, le camping se vide presque entièrement de ses visiteurs dès le petit matin. Les gens ne semblent pas rester longtemps au même endroit ! Nous les imitons et prenons la route avant les 10h réglementaires.

Cap Tribulation,

La route entre Port Douglas et Cap Tribulation nous offre un nouveau spectacle, des champs de canne à sucre partout ! Des rails vont même dans les champs, il suffit de charger les wagons directement du champ.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La canne à sucre dans le Queensland !

En arrivant à Cap Tribulation, on sent que nous commençons à nous éloigner de la civilisation. Ici point de réseau pour téléphone portable et si vous voulez avoir du wifi, il se paie à prix d’or ! Pas pratique du tout parce que ma petite nièce doit naître dans les jours à venir et qu’en l’état je n’ai pas de moyens de joindre ma sœur…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Cette ambiance de Jurassic Park plait beaucoup à François 😉 Il voit des « vélociraptors » partout…

L’endroit nous plaît. Notre camping est situé tout près d’une plage qui bien qu’assidûment fréquentée par des crocodiles, n’en reste pas moins magnifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« Vous empruntez bien le chemin balisé et surtout vous n’allez pas sur la plage la nuit. Je ne voudrais pas que vous trébuchiez sur un crocodile en train de dormir », dixit la patronne du camping

Comme les crocos n’avaient pas l’air d’être dans les parages, nous nous sommes autorisés une petite ballade par la plage puis par la forêt. Et tout le long, nous conservons cette impression d’être bien petits face à cette nature imposante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les photos ne peuvent pas vous transmettre l’immensité de ces plages sans une seule habitation, un seul poteau électrique dans le décor…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On est bien loin des plages bondées en Asie…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le mode de vie australien !

Comme l’endroit nous plait bien, nous décidons de rester une seconde nuit, ce qui nous permet d’aller déguster un hamburger juste à côté. Ce sera hamburger de crocodile pour moi et au kangourou pour François. Le crocodile a un goût de poisson, à vrai dire c’est pas mauvais. Par contre le Kangourou est une viande au goût fort, il faut aimer. En rentrant dans le camping, après ce bon repas, nous tombons sur un énorme lézard essayant d’entrer dans une tente, après ça on s’est mis à bien fermer les portes du van quand on s’en va.

DSC_4966
Kangourou burger !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre séjour à Cap Tribulaion finit en beauté puisque j’apprends la naissance d’Emma notre première nièce! Pour la photo il faudra attendre notre retour dans une zone plus connectée, ici le WIFI est trop faible.

ENCART PRATIQUE:

Location du van: Nous sommes passés par le site http://www.motorhomerepublic.com. Deux mois avant les prix ont soudainement baissé, on en a profité pour réserver. A noter que c’est moins cher si vous faites le trajet du nord au sud comme nous.

Applications camping:

On a commencé avec wikicamps australia, mais comme elle était payante au bout des 15 premiers jours, on est passés à l’appli campermate, que j’ai personnellement préféré car gratuite et plus claire. En tout cas ces appli sont indispensables à un voyage en van.

Pour ceux qui ont loué une voiture, ces appli sont quand même pratique car bon nombre de camping propose des chambres pas chères, de même que les saloon qui font souvent hôtel et camping.

EBM

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s