EPISODE 3 : AUSTRALIE ! C’EST LE JEU MA PAUVRE LUCETTE !

Du 1/10 au 07/10/2018.

L’épisode du Feluga Hôtel nous a vraiment requinqué ! Une vraie soirée d’aventures où le film n’était pas à la télévision mais bien devant nos yeux rieurs de voir tous ces personnages tout droit sortis de romans d’aventure. Un vrai repère de pirates comme les aimait mon grand-père…

DSC_4985

On avance, on avance, on avance…

Le lendemain matin, il nous fallait bien reprendre la route. A part boire des bières, les activités au Feluga Hôtel restent tout de même assez limitées… Ce matin pas de saloon à l’horizon pour prendre notre petit café ; alors nous profitons du van et nous nous arrêtons sur la plage de Cardwell pour le petit café du matin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pour prendre un café ? L’endroit fera bien l’affaire 😉

Et cerise sur le gâteau, celle-ci est à un kilomètre de la « Bruce Highway » qui je vous rappelle joue le rôle de colonne vertébrale à toute cette côte Est australienne. « Elise, le gaz est bien refermé ? » Et c’est reparti !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En terrasse ou à l’intérieur le café ?

Et c’est fou comment un voyage est fait de rebondissements ; et le moral s’amuse à jouer avec ces rebonds…

A midi, Elise et sa super application, qui déniche toutes les aires de pique-nique et autres campings, nous dégote un petit coin à l’ombre pour pique-niquer à côté des Jourama Falls. Je traduis pour mes grands-mères qui me lisent : les cascades de Jourama ! La bonne affaire : un petit pique-nique et une balade digestive de 2 kilomètres juste après…

DSC00790 (2)
Pendant le pique-nique, j’en profite pour jouer à cache-cache avec ces fameux dindons sauvages, appelés « bush turkeys  » !

Après manger, Elise est un peu fatiguée, le soleil tape fort, très fort même… L’environnement est jauni et chaque petite brise fait craquer quelques choses dans cette végétation grillée… Ce détail à de l’importance… J’avance d’un bon pas pour ne pas laisser Elise dans la chaleur du van trop longtemps… Le chemin est bien balisé, il me faut désormais traverser un petit ruisseau, il me reste 200 mètres pour accéder au point de vue sur les fameuses cascades de Jourama…

Mais au détour d’un rocher, haaaaaaaaaaaah, ou plutôt, MMMOUUUUUUUUUUU AAAAAAHHHHHHH!!!! Je pars en courant pendant plusieurs secondes…… Un serpent en train de se faire dorer au soleil, ne m’a pas entendu arriver… et à mon passage, il s’est redressé, à 50 cm de mon mollet gauche, en me regardant droit dans les yeux…. Vous vous rappelez de la scène où Indiana Jones tombe dans une fosse aux serpents ? Et bien j’en fais toujours des cauchemars… Alors imaginez mon état… Je suis seul. Je n’ai vu personne depuis le début de la randonnée…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La fameuse crique que je flash rapidement en revenant, car j’ai la sensation d’avoir vécu un moment que je n’oublierai jamais…

Parti en courant, je me suis quand même arrêté à un moment donné… 100 mètres plus loin… Me restant ainsi quelques mètres avant de voir les fameuses cascades de Jourama…  Mais mais jambes sont tétanisées… A chaque petit bruit, je suis complètement perdu et mon rythme cardiaque s’accélère… J’espère croiser des randonneurs qui m’aideront à rentrer… Cela peut vous paraître bête mais je voulais avancer et mes jambes ne voulaient pas… Et puis zut, j’étais tétanisé, j’avais juste envie de repartir de ce guêpier, enfin de « serpentier »… Mais j’en avais pour une demi-heure de marche, en devant repasser ce fichu ruisseau de « Waterview Creek »… Armé de mon bâton, je reviendrai ainsi en tapant des pieds et en me retournant après chaque petit frémissement que j’entendais dans cette végétation sèche… Quelle histoire pour une balade digestive !

Et si on arrêtait de se voiler la face…

Le soir, nous dormons à Townville, capitale du centre du Queensland… Vous venez peut-être d’entendre parler de cette ville aux informations. En effet, des inondations y ont lieu dernièrement, faisant des rues de cette bourgade une piscine à crocodiles et à serpents… En octobre dernier, nous avons eu de la chance, même si plusieurs incendies nous un peu embrumé…

DSC_4990
Petit aparté… Au supermarché, ne vous garez pas trop loin du magasin… Un détecteur enclenche un mécanisme qui bloque les roues de votre caddy… Super pratique quand vous êtes à 10 mètres de votre van… « Elise, on fait la chaîne ? » Comme si j’avais une tête à voler des caddys pendant un Tour du monde…

A notre arrivée, Elise décide de faire un petit footing aux abords de notre camping entretenu par une église protestante. Elle revient rapidement en me disant de venir voir…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ils ne sont pas dingues tous ces arbres ?

En effet l’endroit est enchanteur et les arbres qui bordent la Ross river sont incroyables. D’ailleurs, pour les amoureux des arbres, je crois que ce pays est complètement fou !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À Townville, nous retrouvons un peu la civilisation. Les serpents nous laissant un peu de répit (j’en fait beaucoup…), nous profitons d’une terrasse de café pour observer les quelques hommes d’affaires en costume qui ornementent les quelques rues commerçantes de la ville… Car la ville a beau être la capitale du centre du Queensland, elle est surtout très étendue et surtout très résidentielle…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Townville et Magnetic Island à l’horizon !

On vit en voiture, on mange en voiture, on est greffé à son pick-up et les rues de Townville sont moins vivantes que les dizaines petits bourgs que nous traversons chaque jour… Bizarrement en Australie, nous préférerons bien souvent les petits bourgs de quelques centaines d’âmes aux principales villes de province souvent bien moroses…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
C’est la fête à l’étalement urbain ici 😉

Et c’est à cette terrasse que je répond à une question, qui peut-être m’avait un peu embrouillé l’esprit depuis le début de notre périple en Australie : ce pays n’est pas fait pour nous… J’entends, en vue d’y trouver un eldorado pour nos vieux os… Peut-être avais-je trop fantasmé ce pays au point de passer à côté de notre road trip…

Une fois cette constatation digérée, tout semblait plus clair et j’ai ainsi pu apprécier ce pays de la même façon que tous les autres… C’est à dire dans le cadre d’une aventure sur un mois et non en visite de sites en vue d’y entrevoir notre avenir. J’avais fait le deuil de mes fantasmes australiens pour pouvoir vraiment apprécier ce que ce continent avait à nous offrir… Il s’agissait d’ailleurs d’une bonne leçon avant d’aller en Nouvelle-Zélande.

C’est ainsi que nous poursuivons, plus sereinement notre visite de Townville sur son front de mer en contemplant Magnetic Island à l’horizon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le front de mer de Townville et Magnetic Island.

Cette île étant soit disant l’attraction à faire à Townville, et bien nous n’irons pas… La fatigue est toujours là et nous ne voulons plus faire les visites de trop… Nous voulons simplement reprendre notre souffle après avoir pris un peu la tasse à vouloir visiter le plus possible… Et en Australie, on reprend son souffle en mangeant un fish and chips à l’ombre des palmiers en compagnie des Aussies (petit surnom des Australiens…).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Début de notre cure de fish and chips !

Au matin de quitter Townville, et après avoir pu observé les perroquets blancs à la jumelle depuis mon lit, c’est moins embrumés que nous nous dirigeons vers Airlie Beach, station balnéaire un peu huppé du Queensland…

DSC00798 (2)
Voici le cacatoès à huppe jaune ! Lui, ses amis et leurs cris criards vous réveilleront aux premières lueurs du jour sans la moindre retenue ! Il semble aussi présent que nos pigeons…

Australie, c’est le jeu ma pauvre Lucette…

Sur la route d’Airlie Beach, j’écraserai involontairement (je précise) un serpent qui devait apprécier la chaleur du bitume… Mes histoires avec mes amis rampants continuent…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
SPLASH…. Oups, désolé….

Ici je suis venu pour une petit folie. Je dis « je », car Elise n’a pas souhaité me suivre cette fois-ci. Allez observer la Grande Barrière de Corail ! Bien entendu, cela se fait par petit avion d’une dizaine de places ou par hélicoptère en mode visite privée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le premier avion de cette taille de ma vie…
DSC00801 (2)
Accrochez vos ceintures, ça risque de secouer un peu 🙂

Même si ce passage en avion sera bref (et coûteux), je verrai peut-être en quelques minutes les plus beaux panoramas de toutes nos aventures. Le pilote faisant profiter du paysage aux passagers par de jolis piquets sur la droite puis sur la gauche…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les passages sont brefs… Mais c’est tellement beau…

Pendant une demi-heure, je ne saurai plus où donner de la tête et je prendrai toutes mes photos au jugé (= sans regarder le viseur pour ceux qui n’ont jamais fait de tir) pour ne pas en perdre une goutte…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je resterai malgré tout un peu surpris par ce père de famille, assis devant moi, qui filmait chaque instant de notre voyage sans jamais décrocher un instant ses yeux de sa caméra, pendant que sa plus grande fille passait son temps à jouer sur un téléphone portable et que la plus petite pleurait quasiment tout au long du voyage… Rrrrrr…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
« Australie ! C’est le jeu ma pauvre Lucette ! », voilà ce qui me passa par la tête à de nombreuses reprises pendant le vol…

Finalement, nous survolerons quelques minutes les Whitsundays, pour un nouveau panorama époustouflant sur cette palette de couleurs bleues offertes par Dame nature…

Les Whitsundays sont un archipel de plus de 70 îles, baignées dans l’eau bleu turquoise de la mer de Corail. Un vrai petit paradis sur terre, qui semble réservé à un tourisme fortuné, à en voir les superbes yachts croisant aux larges de ces îles paradisiaques. Pour ma part, je dégusterai ce paysage avec les yeux humidifiés par tant de beauté. Ce que je viens d’écrire est peut-être un peu pompeux, mais il y a des fois où cela le mérite bien. A la vue des Whitsundays, je crois bien que même les âmes les plus blasées peuvent perdre la bataille.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un petit bout des Whitsundays !

Certains dirons qu’il faut que j’arrête de me poser toujours plus de QUESTIONS. C’était fantastique, tu as adoré et ce paysage restera gravé au fin fond de tes derniers neurones pour toujours. Il est où le problème ? Et bien depuis cette visite fantastique, j’ai toujours refusé de céder aux visites bruyantes dans les airs ou sur les mers ou autres fleuves. Car même si le spectacle était émerveillant, je ne peux m’empêcher de penser que l’homme n’a peut être plus sa place à survoler ces refuges pour la faune…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est gentil celui-là, il fait le Tour du monde, dévore les plus beaux panoramas de ce monde et veut nous dire de rester chez nous… Et bien oui !

Mais non, ce que je veux juste dire c’est qu’il ne faut pas abuser des bonnes choses… Et mesurer le poids d’un tel honneur que de pouvoir survoler ce genre de miracle de la nature… À vous de voir comment vous rattraper, mais à titre personnel je trouverai par la suite le moyen de m’émerveiller en usant mes semelles… Enfin nous ferons encore une entaille à cela dans les jours qui suivront… Vous comprenez maintenant l’intérêt d’écrire notre journal de bord avec 4 mois de retard…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ce fût bref mais intense…

La journée étant bien entamée, nous décidons toutefois d’avancer un peu seulement … Ça sera ça de moins à faire demain… Surtout qu’Airlie Beach, c’est balnéaire, huppé et les campings gratuits sont inexistants…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Airlie Beach ! C’est sympa, mais un peu bling-bling… Attention à votre budget !

Et puis il y a un point à préciser… Dans le Queensland, la nuit tombe vite, vers 18h. Et en Australie pas question de rouler la nuit, si vous ne voulez pas faire de stock-car avec les pauvres kangourous. D’ailleurs, l’assurance de notre van stipulait bien de ne pas rouler la nuit. Seuls les camions munis de par-buffles géants s’aventurent la nuit sur les routes où des centaines de pauvres kangourous se font tuer.

C’est ainsi que pour la nuit Elise trouve pour 6 dollars la possibilité de dormir, à Farleigh, au pied d’une sucrerie, en bordure de voie ferrée, sur le terrain d’une petite dame, au milieu des poules et de son magnifique coq…

DSC_4994
6 dollars et on a les sanitaires ! Un camping normal coûte jusqu’à 40 dollars la nuit !

À la nuit tombée, le balais des énormes chauve-souris dans les lumières de la sucrerie nous bercera jusqu’à épuisement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ce n’est pas bucolique ce petit terrain au milieu des poulets et des ibis chapardeurs (je vous en parle bientôt des ibis ;))

Le lendemain, la douche se fera à l’eau froide, au tuyau d’arrosage dans ce poulailler qui ne manquait pas de charme pour autant…

Et c’est reparti, Brisbane, la capitale du Queensland, se rapproche !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La maîtresse de maison !

FD

2 commentaires sur « EPISODE 3 : AUSTRALIE ! C’EST LE JEU MA PAUVRE LUCETTE ! »

  1. J’aime beaucoup cet article! Entre les magnifiques photos de la barrière de corail… les réflexions sur le voyage… et le regard songeur de la maîtresse de maison… merci pour la balade. Ici il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille 🙂
    Bisous les copains!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s